Flavie Cournil

Née à Périgueux, en 1978.

Flavie Cournil réalise des céramiques plates situées dans un entre-deux ténu de la sculpture et de la peinture. L’une renvoie à la forme au commencement du volume, l’autre à la couleur toujours liée au geste. L’artiste développe un répertoire de motifs géométriques simples qui se matérialisent dans la porcelaine coulée en flaques et découpée. En cuisant, la porcelaine se rétracte, se déforme, en une sorte d’affirmation. Cela parachève le travail et l’œuvre extraite de ce processus s’impose par sa densité.

 

Textes

« Ce sont les limites du matériau porcelaine, les volumes de la sculpture et les gestes de la peinture, avec les effets de concordances de couleurs qui, mis en tension, crée une unité. Sa peinture a un rapport direct avec la réalité de la matière et de la technique. Dans sa peinture, l’objet n’est jamais nié. Et c’est ce qui donne vie et mouvement à l’ensemble de ses pièces.

Flavie Cournil aime l’idée du bricolage, « avoir des petites choses à faire ». Une forme de vie dans l’action. Et il faut toujours ajuster, c’est comme avec les êtres humains. Ce n’est peut-être d’ailleurs qu’une histoire d’agencements, mais sans protocole établi qui ferait que les œuvres seraient le résultat d’une série d’actions. Il n’y a pas plus que ce qu’il doit y avoir, pas de brillance, pas de surplus. Comme l’équivalent sensible d’une idée, cela fonctionne ou pas. Et la mobilité des formes, les nuances, le mouvement font le reste. »

Extrait d’un texte de Delphine Alleaume – 2017

 

Dossier complet